Editorial

Rentrée 2021 : Le soin pastoral au cœur d’une année nouvelle Septembre 2021

Repartir de nos acquis précédents
Voici une nouvelle année pastorale qui se pointe et déjà nos têtes peuvent se trouver remplies de « tout ce qu’il y aura à faire… » Et si nous changions de perspective pour plutôt envisager « ce qu’il y aura à Vivre et à Être ». Comprenons-nous bien, il ne s’agit pas d’abord de réinventer la poudre ou que sais-je encore ! Afin de faire différent… Non il est avant tout question pour nous, de capitaliser sur nos relectures de l’année écoulée pour monter d’un cran supplémentaire dans notre vie communautaire.

Susciter de nouvelles énergies et prendre soin des faiblissantes
Après donc deux années sous le coup de la pandémie du covid, années qui ont ache vées d’essorer nos équipes paroissiales et transverses (Kt, aumôneries, équipe funérailles, et catéchuménat, etc.), il est plus que temps pour nous, de re-susciter au cœur de nos paroisses, mouvements et services, des disciples du Seigneur qui veulent prendre soin de son corps.

Se projeter avec nos forces réelles et non pas fantasmées
Dans ces années de vaches maigres que nous traversons, il peut être tentant de vou loir tout résoudre, d’être sur tous les fronts. Mais gardons notre sang froid, et acceptons de voir nos pauvretés et d’agir avec ce que le Seigneur saura nous donner comme « pain quotidien » sans défaitisme et avec l’énergie que nous donne l’espérance en Christ, car c’est lui seul le maître de la moisson et le gardien de la maison.

Mobiliser de façon coordonnée nos différentes ressources pour un supplément d’âme

Il est donc important pour nous d’identifier de façon concrète les lieux où le Seigneur nous appelle cette année comme communauté afin d’y projeter de façon raisonnée les ressources qu’il nous donne pour sa plus grande gloire et le salut de notre environnement. Car rien ne sert de courir après milles et une illusions. Le risque étant de ne rien saisir sur la fin et d’en ressortir frustré. Ce n’est que lorsque nous aurons fait le point sur nos forces et faiblesses, que nous saurons habiter notre environnement, comme force de proposition pour la vie de nos contemporains, et que l’Evangile pourra résonner de façon audible aux oreilles de ceux qui nous demandent compte de l’espérance que nous portons en nous.

Les points d’appui de notre vie de secteur

Dès lors sur quoi devons-nous nous appuyer pour être cette force de proposition de l’Evangile ? Cela passera par un réinvestissement certes mesuré mais effectif de nos espaces d’échanges et de nos espaces festifs. Une réelle ré-habitation de la prière communautaire, un effort plus soutenu dans la formation de nos équipes voire un accompagnement quasi personnalisé et local. Savoir refaire mémoire entre nous et avec d’autres de ce qu’est la joie d’appartenir au Christ, la joie d’être associé à l’œuvre de Dieu active dans nos vies et celles de nos contemporains. Ce sont là des points d’appui qui nous aideront à rester focaliser sur les appels que le Seigneur nous lance collectivement et personnellement.

Tous sous la bannière du Seigneur pour le vivre et le partager
A la fin, comme dis l’Apôtre, Gardons les yeux fixés sur Jésus, qui nous a ouvert le chemin de la foi et qui la porte à la perfection. Parce qu’il avait en vue la joie qui lui était réservée (Heb12,2). Avançons-nous donc confiant avec lui et par lui. Sûrs qu’il nous guidera en cette année pastorale commençante : « Gloire à lui dans l’Eglise et pour tout ce qu’il nous per mettra d’accomplir. Béni soit-il, lui le grand prêtre de notre foi qui la mène à sa perfection ».

Bon début d’année pastorale.

Père Patrick ANABA
.
Page mise à jour le 2021-09-04 16:06:31