Histoire de saint Fiacre

Histoire de Saint Fiacre
par Jean-Louis Behin

Saint Fiacre

Saint Fiacre était un moine Irlandais né au VIIème siècle qui se retira en France, dans la Brie. L’Irlande était alors aussi l’Hibernie, le “pays des Scots”, et la Brie avait déjà accueilli plusieurs “Scots”, comme Colomban qui arriva à Meaux vers 610. Faron, devenu évêque de Meaux en 626-627, avait accueilli Kilian, puis Fiacre.

Avec quelques compagnons, Fiacre fonda un monastère et évangélisa la région de Meaux. C’était l’époque de la pré-Renaissance anglo-saxonne et d’autres moines évangélisateurs sont venus d’Irlande sur le continent, comme ceux qui, aussi vers 610, ont fondé d’autres monastères dans le sud de l’Allemagne et en Suisse, christianisant les Alamans installés dans cette région au IIIème siècle.

Meaux se trouvait alors sur une route gallo-romaine très fréquentée par les pèlerins anglais et irlandais se rendant à Rome. Saint Fiacre obtint de saint Faron, alors évêque de Meaux, la concession d’un lieu appelé Breuil (aujourd’hui saint Fiacre en Brie). Il t installa son monastère et se fit très vite une réputation de charité et de sainteté. Des miracles lui furent attribués, comme la guérison de toutes sortes de maladies par l’imposition des mains.

Le domaine devint vite trop petit pour subvenir à ses besoins car il désirait créer un jardin pour planter des légumes et diverses herbes. Saint Faron lui permit de l’agrandir en lui accordant tout le territoire qu’il pourrait enclore d’un fossé en une journée. Ce fossé, il devait le creuser avec son bâton, suffisamment important pour qu’aucune femme ne puisse le franchir. Dans la légende le bâton est devenu bêche, et Saint Fiacre alla si vite en besogne que les arbres semblaient tomber d’eux-mêmes à son passage.

Le fossé ne dut pas plaire à une femme du pays, “la Becquenaude” qui alla l’accuser de sorcellerie, et, selon certains, de bien d’autres choses innommables. Très attristé, saint Fiacre alla s’assoire sur une pierre qui s’amollit sous son poids afin de lui servir de siège. Saint Faron vint constater les faits et, discernant à travers ces prodiges l’intervention divine, rendit son jugement en faveur de l’Irlandais.

Sa sainteté une fois reconnue, Saint Fiacre put poursuivre son existence de prière et de charité sous la protection de Notre Dame à laquelle il dédia son monastère. Il y installa des religieux et fonda un hôpital. Nombreux étaient ceux qui venaient pour un conseil. Les pauvres, eux, venaient pour être secourus. Sa charité l’entraînait à recevoir aimablement ceux qui venaient le consulter. A l’hospice il les recevait tous, les servant lui-même. Il lui arrivait de guérir miraculeusement l’un ou l’autre. Aucune femme n’était tolérée près de son ermitage, ni même dans sa chapelle. C’est du moins ce que colportent certaines de ses légendes.

Il mourut semble-t-il le 30 août 670. Le corps du saint fut mis en châsse sous le règne de saint Louis et conservé d’abord dans le prieuré de Saint-Fiacre-en-Brie, puis, pendant les guerres de religion, les reliques furent transportées à la cathédrale de Meaux.

Saint Fiacre, patron des jardiniers et des horticulteurs

Cette dévotion remonte au Moyen Age. Elle semble fondée sur l’histoire selon laquelle il aurait labouré un terrain avec un bâton pur ensuite en faire un jardin. Saint Fiacre guérisseur et patron de ceux qui souffrent de maladies vénériennes et d’hémorroïdes. Le choix, déjà ancien de Saint Fiacre comme patron de ceux qui souffrent de maladies vénériennes provient probablement de sa réputation de misogyne. Quant aux hémorroïdes, son patronage serait fondé sur un calembour à partir du mot “Fic” qui désignait une petite tumeur et sa ressemblance avec “Fiacre”. La renommée de guérisseur de Saint Fiacre ne faiblit pas après sa mort. Son reliquaire fut l’objet de pèlerinages pendant des siècles. Mgr Séguier, qui était évêque de Meaux en 1649, et Jean de Châtillon, Comte de Blois, ont rendu compte de leurs propres guérisons. Anne d’Autriche attribua à sa médiation la guérison de Louis XIII à Lyon, où le roi était tombé dangereusement malade. En action de grâces, elle se rendit à pieds en pèlerinage auprès de la tombe du saint. Plus tard elle envoya un don en remerciement pour la naissance de son fils Louis XIV. Avant que celui-ci ne subisse une opération, Bossuet qui était évêque de Meaux fit une neuvaine de prières à Saint Fiacre. Ses reliques qui sont conservées à Meaux sont toujours objet de culte. Fiacre est toujours invoqué contre toutes sortes de maladies, y compris les maladies vénériennes.

Saint Fiacre, patron des chauffeurs de taxi

C’est tout à fait par hasard que Saint Fiacre devint le patron des chauffeurs de taxi. En effet, le premier lieu au monde où commença la location d’équipages était à Paris, près de l’hôtel Saint-Fiacre. C’est tout naturellement que ces voitures de location furent appelées des “Fiacres”.

Les fêtes de Saint Fiacre dans le monde

Dans le calendrier des saints, la Saint Fiacre est célébrée le 30 août. Mais pour des raisons de commodité et en fonction des récoltes elle est fêtée et célébrée dans le monde entier en août, en septembre et même des fois en octobre. A Bondoufle il est fêté le premier dimanche de septembre.

.
Page mise à jour le 2017-06-12 11:25:09