l’accueil paroissial à Lisses

Paroisse Saint-Germain Saint-Vincent

Messe dominicale : Samedi 18 h
mardi à 17h30 : Prière du chapelet suivie à 18h00 de la messe

Tous les 1ers mardis du mois : 18h00 Messe suivie de l’Adoration

Lieu d’accueil :
Pour renseignements, demande de baptême, demande de mariage, demande de messe ...
6bis, rue François Pillon
91090 Lisses
Tél : 01 64 97 70 03

ou par courriel

Horaire d’accueil :

le samedi de 10h00 à 12h00 au presbytère
Père Claude Tshefu reçoit le mardi à 17h à la sacristie, confession possible

Votre plaquette d’informations 2019-2020 à imprimer

Le prêtre et l’Equipe Animatrice

Prêtre accompagnateur :

Père Claude TSHEFU

Responsable :
Marie-Claude Jourdain
Secrétaire :
Claudie Boutin
Membres :
Gérard Henry Diacre
Sandrine Fontaine
Carole Tambat
Patricia Manquest †

Pour contacter l’équipe animatrice

L’église de Lisses

L’église de Lisses a pour saints patrons : Saint Germain, Evêque de Paris canonisé en 734 et Saint Vincent de Saragosse, Martyr. Inscrite aux Monuments Historiques depuis 1950 comme église du XVème et XVIIème.

D’après l’abbé Lebeuf, historien, Lisses possède une première église dont on ignore le nom, construite sous les Mérovingiens (VIème siècle), certainement en bois comme cela se faisait.

Le premier texte connu est la chartre du roi Robert II le Pieux de 998 concernant plusieurs villages dont Licias :
« Le plus ancien titre qui fait mention de cette Eglise porte qu’elle avait été comprise dans les dons que Buchard Comte de Corbeil et Renaud son fils, avoient fait à l’Abbaye de Saint-Maur-des-Fossés. C’est ainsi que s’exprime la charte du roi Robert qui les confirme… » suit un autre don de terres à la même abbaye, en l’an 1000 par Ermenfred et son épouse.

Sous François 1er, les biens de l’abbaye de Saint-Maur-des-Fossés sont remis à l’Evêque de Paris à qui elle appartiendra jusqu’à la Révolution.
L’édifice actuel daterait « du XIIIème et "réparée" aux 15ème et 16ème siècles » (F. Martin).

Le chauffage enterré a été installé en 1990 : Lors du creusement du sol, un mur transversal (3ème travée) a été mis à jour, ce qui laisserait supposer un agrandissement ?
Le revêtement intérieur des murs a été refait en 2020.

Vous trouverez l’histoire de la paroisse de Lisses par l’abbé Lebeuf à cette adresse :
Histoire de la ville de Lisses et de la paroisse Saint-Germain Saint-Vincent par l’abbé Lebeuf

Description de l’extérieur

Il s’agit d’un édifice en grès, entouré de contreforts massifs, composé d’une nef et d’un collatéral gauche (5 travées).

Ce qui la singularise, c’est l’absence de clocher démoli fin 1880/début 1881 car il menaçait de s’écrouler malgré les réparations successives et l’étayage en 1879.
Les deux cloches (Reine-Charlotte bénie en 1791 et Charlotte-Victoire bénie en 1825) ont été transférées dans la partie conservée du clocher. Elles étaient actionnées à l’aide de cordes jusqu’en 1995, depuis elles ont été électrifiées.

Le clocher de l’église avant sa démilition en 1891

Avant les travaux de 1990

La croix, surmontée d’un coq, a été placée sur le pignon.. En dessous, se trouve l’horloge dont le système mécanique qui ne fonctionnait plus depuis des années, a été remplacé par un système électrique. La mécanique remarquable à dents crantées de l’ancienne horloge datant du XIXème est toujours présente dans les combles.
Vidéo- des cloches et du mécanisme de l’ancienne horloge (s’ouvre avec VLC).

On peut également remarquer le portail Renaissance percé d’une belle porte en bois à croisillons (voir à l’intérieur). Le tympan est sculpté de feuillages entourant une niche surmontée d’un dais pour y exposer certainement une statue de Saint Germain qui ne semble pas avoir été détruite lors de la Révolution. Un inventaire effectué au XIXème siècle indique la présence d’une statue de St Germain à l’intérieur de l’église. Sous la niche, un ange surplombe une pierre saillante sculptée.

Description de l’intérieur

Les voûtes à croisées d’ogive à nervures (diagonales formées par l’intersection de deux voûtes en berceau, caractéristiques de l’art gothique) se terminent en se confondant dans les arêtes des piliers octogonaux. Lors du creusement du sol en 1990, des restes de polychromie ont été repérés à leur base. Une majorité des clés de voûtes ont perdu leurs motifs sculptés.

La grille en fer forgé à double porte (XVIIIème siècle) surmontée d’une croix, a occupé différents emplacements : à l’origine, elle séparait le choeur de la nef. Puis elle avait été déplacée derrière l’autel probablement vers 1975 quand les prêtres ont célébré face à l’assemblée. En 1990, elle sépare le choeur de la chapelle de la Vierge. Depuis 2020, elle est de nouveau déplacée et fixée dans le fond de l’église afin de fermer la nef et les fonts baptismaux et permettre ainsi une visite sécurisée. Elle sera ouverte au moment des célébrations.

A remarquer dans le choeur, une baie de style flamboyant avec vitraux où est représenté Saint Germain en tenue d’évêque, surmonté de S G.
Dans cette église, on peut voir d’autres vitraux à motifs très ordinaires sauf un représentant Marie de Lourdes et celui de la Chapelle de la Vierge.

A gauche, un cul de lampe représentant un homme. Son semblable devait figurer dans l’angle opposé. Un second est situé au-dessus les fonts baptismaux.

A droite du choeur, une ancienne piscine liturgique (dédiée au nettoyage : mains du prêtre, calice, burettes…) dont l’eau s’évacuait dans le cimetière, a été dégagée en 1990. Puis fermée d’une porte en bois pour servir de Tabernacle (après la profanation de l’église et le vol d’hosties survenus peu avant). Il existe une seconde piscine liturgique près des fonts baptismaux servant à évacuer l’eau des baptêmes.

Tout près du chœur, s’ouvre la porte de la sacristie qui aurait remplacée (?) celle construite en 1698.

Dans le sol, nous trouvons deux dalles :

. une dans le chœur à gauche "in memoriam" rappelant le souvenir des personnes enterrées dans et autour de l’église,

. une autre devant l’autel de la Vierge, dalle mortuaire qui, à l’origine, couvrait la tombe de Jacques-Marie-Jérôme Michau de Montaran décédé le 5 août 1782 et qui maintenant recouvre une fosse où ont été regroupés tous les ossements déplacés pendant les travaux de 1990.

Dans le bas côté, la chapelle de la Vierge est percée d’une baie de style flamboyant avec un des vitraux marqué AM. On trouve sur l’autel un tabernacle en bois, une grande statue en plâtre « Vierge Marie à l’Enfant » (réparée fin XXè siècle) encadrée par deux icônes : le « Christ en Gloire », et « une Vierge à l’Enfant » dont on remarquera la luminosité.

L’église possède plusieurs éléments religieux intéressants :

. un très beau lutrin en fer forgé de 1736,

. une statue de Saint Jean en bois polychrome du XVIème, restaurée par l’AME d’Evry. Classée comme objet aux Monuments Historiques en 1992. Actuellement sous cette statue, un encensoir en fer forgé (XXème).

. un tableau de « La Cène » (huile sur toile datée du XVIIème, copie du tableau de Philippe de Champaigne conservé au Louvres. Inscrit comme objet aux Monuments Historiques en 1996.

. un chemin de croix : Accrochées sur 2 murs de l’église en vis-à-vis, 14 stations de la Passion du Christ (peintures sur toile et cadre en plâtre) .

. Christ de choeur du XVIIème acheté par la paroisse à Morlaix en 1997 et qui proviendrait d’un jardin presbytéral breton.

. un bénitier à fleuron en marbre

. un baptistère de XVIIème siècle (abimé lors des travaux de 1990)

. sur le gros pilier carré à l’entrée, une croix de consécration qui a pu être peinte soit lors de la reconstruction de l’église, soit lors de son agrandissement. Sur un mur proche, un bandeau funéraire avec le blason peint lors de funérailles de Jérôme Michaut de Montaran en 1782.

Par ailleurs, le cimetière qui était autour de l’église, a été déplacé rue de Corbeil en 1808. On y accédait par 2 portes latérales en fond de nef dont une a été murée (emplacement visible du jardin). Des couches de terre ont recouvert le lieu, d’où la différence de niveau de 3 marches entre jardin, sacristie et l’église.

Eglise de Lisses vers 1900

Choeur de l’église de Lisses vers 1950

Textes et photos de Jean-Paul Manquest
(Mise à jour 2021 par Martine Henry)

Vous trouverez l’histoire de la paroisse de Lisses par l’abbé Lebeuf à cette adresse :
Histoire de la ville de Lisses et de la paroisse Saint-Germain Saint-Vincent par l’abbé Lebeuf

En complément : Vidéos sur l’église avant et pendant et après les travaux de 1990 :
Ces vidéos s’ouvrent par exemple avec VLC média player
1 : le choeur (autel) en 1945
2 : le choeur avant les travaux de 1990
3 : cloche et le mécanisme de l’ancienne horloge
4 : les cloches avant l’électrification
5 : vue sur les les travaux de 1990
6 : la tombe de Jerôme Michau de Montaran
7 : Diaporama sur l’église de Lisses de 1945 à 2021

Ces video peuvent s’ouvrir par exemple avec l’application VLC

Photos : découvertes pendant les travaux de 2020

Croix de consécration
trouvée sur le gros pilier carré à l’entrée de l’église
Elle a pu être peinte soit lors de la reconstruction de l’église, soit lors d’un son agranfissement

Blason des Michau de Montaran

Litre (bandeau) funéraire
probablement peinte lors des funérailles de Jérôme Michaut de Montaran en 1782

Intranet